Vignes Clermont

Appréciez les vins d’Auvergne

Pour accompagner un bon repas ou un bon fromage, rien de mieux qu’un bon vin. Si celui-ci est auvergnat c’est d’autant mieux. L’Auvergne n’est pas qu’une terre de fromages c’est aussi une terre de bons vins.

Prenez une gorgée de vin AOC des côtes d’Auvergne et gardez-la en bouche.

Savourez son caractère aux notes fruitées et épicées.

 

Le vin auvergnat : un savoir-faire ancestral.

Depuis l'Antiquité, l'Auvergne est un terroir viticole. On retrouve des traces d'amphore à vins près de Gergovie datant de 50 avant notre ère. Aux alentours de l'an 1000, on compte environ 10 000 hectares de vigne. Autour du XVe siècle, le succès du vin auvergnat est tel qu'il est nécessaire d'en réguler la production. Les rois Henri IV et Louis XIV sont connus pour apprécier ce vin.

Le XIXe siècle : âge d’or du vin auvergnat.

À partir du début du XIXe, l’Auvergne est le troisième vignoble français. On compte environ 34 000 hectares de vignes en 1850. De nombreuses caves sont construites et des bourgs sont connus pour leurs réseaux de caves, comme Aubière ou Châteaugay. En 1890, on dénombre 43 000 hectares de vignes. Le rendement de production du vin est exceptionnel, avec plus d’1,5 millions d’hectolitres.  

Le XXe siècle : effondrement viticole avant un retour du vin d'Auvergne.

Entre 1895 et 1920 les vignes auvergnates sont décimées, les raisins attaqués par une invasion de phylloxéra. Quand cet insecte attaque une vigne, il en cause la mort sous trois ans. En 1910, les vignes sont touchées par le mildiou, maladie causant la pourriture des vignes. Durant la Première Guerre mondiale, elles sont à nouveau touchées par les combats. En 1920, on compte seulement 15 000 hectares de vignes.

Le marché viticole auvergnat mettra presque 60 ans pour retrouver ses lettres de noblesse. En 1977, il obtient l'appellation de Vin délimité de qualité supérieure (VDQS). En 2010, les Côtes d'Auvergne  obtiennent l'Appellation d’origine contrôlée (AOC).