Sports & Pleine Nature

9 avril 2010 : l’acte fondateur de la Yellow Army

Le 9 avril 2010 l’ASM Clermont Auvergne perd son match contre le Leinster en quart de finale de Coupe d’Europe, cependant les supporters clermontois vont voir leur fidélité récompensée avec la reconnaissance des Irlandais qui vont les baptiser la « Yellow Army ». Un moment historique et fondateur pour les supporters du club de la capitale auvergnate.

On parle souvent de Yellow Army pour nommer les supporters de l’ASM, mais d’où vient ce terme ? Pour cela il faut revenir en 2010 lors du quart de finale de Coupe d’Europe contre le Leinster (club irlandais) alors meilleure équipe d’Europe. Pour cela plus de 3000 supporters clermontois n’ont pas hésité à faire le voyage en avion jusqu’à Dublin. Une véritable marée humaine, jaune et bleu, déferlait dans les rues de Dublin depuis O’connell Street jusqu’au RDS Stadium ancien repaire du Leinster.

Le soir du match, l’ASM perd cruellement 29-28. Un match qui laissa des traces dans les esprits des supporters comme dans ceux des joueurs, mais qui fut fondateur, un mois et demi plus tard, lors de la victoire de Clermont en finale du Top 14 contre Perpignan (21-9), le premier sacre de son histoire.

La renommée construite dans la défaite

Le lendemain, bien que la presse s’exaltait d’une victoire irlandaise, les journaux irlandais n’hésitaient pas à parler de cette marée humaine qui avait impressionné toute l’Irlande, la nommant « Yellow Army », un hommage de coutume réservé au Munster, autre club emblématique irlandais, connu pour ses supporters toujours fidèles, que l’on appelle couramment « Red Army ».
Au départ, cette parade n'est pas prévue pour donner cet effet au dublinois. L'amicale des supporters a donné rendez-vous aux supporters clermontois sur O'Connell Street. Cependant, ils ne pensaient pas que 3000 supporters allaient répondre à l'appel. De plus, O'Connell Street se trouve à une heure de marche du stade. La ferveur des supporters combinée à la longueur de la marche, permit aux journaux dublinois d'écrire le lendemain que la Yellow Army avait envahi Dublin.

Une armée, une forteresse

Aujourd’hui, Yellow Army et le stade Marcel-Michelin ne font qu’un. Dans une étude réalisée en 2014 par le magazine sportif américain le Bleacher Report, qui effectuait un classement des dix stades de rugby les plus intimidants au monde, le stade de l’ASM est mis au premier rang, devant des stades deux fois plus grands. Chaque année, les « Nuits du rugby » récompensent les meilleurs joueurs et entraineurs, mais aussi le meilleur public de France. En dix ans, le club a remporté six fois le trophée (2007, 2008, 2009, 2014, 2016, 2017).

Autre statistique, du 21 novembre 2009 au 10 mai 2014 et une défaite en barrage contre Castres, le club de la capitale auvergnate n’a pas perdu un seul match, constituant un record mondial dans le monde du rugby.

Une pérennité assurée

Aujourd’hui la Yellow Army est reconnue de tous tant ce public est apprécié par les amateurs de rugby. Cela explique aussi pourquoi le club de l’ASM est apprécié. Pour voir l’influence de cette armée il suffit de se rendre à Clermont chaque week-end où les matchs de l’ASM sont devenus un véritable rendez-vous pour les clermontois qui vibrent pour leur équipe. Enfin, les rassemblements de supporters sur la Place de Jaude durant les finales de coupe d’Europe ou de TOP 14 sont aussi le moyen de montrer toute l’importance de cette Yellow Army. Les images de ces rassemblements sont souvent très diffusées et contribuent à améliorer encore et toujours l’image des supporters clermontois. En 2010, le 30 mai au lendemain de la finale de TOP 14 remporté par le club auvergnat, prés de 60 000 supporters attendaient le retour de leurs héros. Ils étaient 40 000 place de Jaude le 5 juin 2017 pour célébrer le retour du bouclier de Brennus en terres Arvernes.  

Besoin de plus ?