Site et monument historique

Œuvre de street art par le collectif End to End

© Œuvre de street art par le collectif END TO END
Ville de Clermont - Direction de la communication

Le collectif d’artistes graffeurs du territoire a réalisé une fresque collective inspirée par la forêt amazonienne et qui aborde l'enjeu de la présence de la nature en ville, notamment en écho avec l’écoquartier de Trémonteix.

Ce collectif clermontois regroupe des artistes peintres, architectes, photographes, amateurs ou professionnels, issus essentiellement du mouvement Graffiti et Street Art. Il a participé à de nombreux projets artistiques portés par des festivals, comme Les Trans’urbaines, Puy-de-Môme mais aussi pour des structures telles que l’aéroport de Clermont-Ferrand, l’usine Michelin, le Musée

Bargoin ou encore l’École d’Architecture de Clermont-Ferrand.

La fresque est réalisée par 4 graffeurs :

WARO | Originaire des volcans, Waro découvre le travail de la lettre graffiti sur

les bancs de l’école. Membre-fondateur du collectif, il développe son style pour aboutir au Wildstyle qui fait sa singularité dans le. Ces œuvres se composent de têtes hybrides s’inspirant d’animaux, de lettres et de personnages le tout ancrer dans un même univers. La végétation abondante et les friches industrielles (rouille, fissure, tâches…) sont aussi une grande source d'inspiration dans son travail d'atelier.

DEFT | Ses créations s’orientent vers le lettrage, la 3D et les fresques à thèmes. Ses réalisations sur toiles sont plus abstraites, avec un travail en série sur les volumes, les accumulations, les pleins et les vides.

EPOK | Depuis son plus jeune âge, cet artiste dessine ses personnages

favoris. Suite à la découverte du graffiti à la fin des années 90, il investit des murs de voies ferrées et des édifices abandonnées en chrome et noir. Aujourd’hui, Epok réalise des lettrages graffiti, des personnages et des décors aux couleurs éclatantes. Toutefois, son travail sur toile se caractérise par des effets de textures dominants mais toujours haut en couleur.

REPY | Cet artiste vichyssois a commencé le graffiti dans les années 2000.

Aujourd’hui, son travail s’oriente vers le portrait. Il joue avec le regard et la lumière. Son outil de prédilection est la bombe de peinture mais il n'hésite pas à utiliser d’autres outils, notamment le pinceau.

Horaires et périodes d’ouverture

Toute l'année, tous les jours.

Tarifs

  • Accès libre.