Culture - Festival

Festival International du Court Métrage | 45ème Édition

© Festival International du Court Métrage | 45ème Édition
Regina Pessoa

Le festival international du court métrage de Clermont-Ferrand est la plus importante manifestation cinématographique mondiale consacrée au court métrage.

Organisé par l’association Sauve qui peut le court métrage, le 45e festival (et son marché du film court) aura lieu du 27 janvier au 4 février. Il permettra de découvrir des chefs-d’œuvre de l’animation, comédies, réalités contemporaines, films de genre, travaux de fin d’études des meilleures écoles du monde, et des documentaires venus du monde entier.

Le court métrage se dévoilera encore une fois dans toute sa richesse et sa diversité en Auvergne et au cœur de l’hiver.

Comme d'habitude, les compétitions nationale, internationale et labo seront accompagnées d'une rétrospective thématique et de séances focus sur un pays.

Après la rétro Let's Dance! et les programmes espagnols en 2022, le festival mettra à l'honneur en 2023 : Taïwan et le thème de la libido.

• Focus pays : Yi Yi, Taïwan à l’honneur !

Sur la carte mondiale du cinéma, Taïwan est un pays phare. De là-bas nous était parvenu, à la fin des années 1980, un souffle revigorant désigné comme la nouvelle vague taïwanaise, un cinéma en rupture avec le cinéma de propagande, les romances et la nostalgie d'une Chine perdue : Hou Hsiao-hsien, Edward Yang (le titre de la rétrospective est un clin d’œil à l’un de ses films), Ang Lee et Tsai Ming-liang ont joué un rôle déterminant dans la naissance du cinéma d'auteur taïwanais, et, plus largement, dans ce mouvement de fond qui a mené depuis trente ans le cinéma asiatique sur le devant de la scène internationale. Ces réalisateurs se distinguent par leurs partis pris esthétiques et leurs interrogations sur l’identité taïwanaise. Malgré une industrie sous surveillance, à l’heure où la Chine accroît sa pression militaire, leur cinéma dissonant et populaire s’est développé et a instillé un discours qui renverse la pensée dominante.

> Le focus Taïwan en bref :

- 4 programmes composent le cœur du focus, avec 24 films. À noter : de nombreu·x·ses réalisateur·trice·s seront présent·e·s lors du festival.

- 2 programmes École de cinéma invitée, avec une mise en lumière de la TNUA - Taipei National University of the Arts.

- 1 programme Collections permettra de découvrir des documentaires expérimentaux des années 60 rares et restaurés pour l'occasion.

- 1 programme Bloody Night, avec des courts métrages sanglants, pour une séance unique le vendredi 3 février à 21h30 dans la grande salle Cocteau.

- Plusieurs installations sonores seront également au cœur du focus taïwanais, afin de se plonger vraiment dans une immersion parfaite. Une création acoustique de Yannick Dauby occupera le hall des pas perdus de la Comédie, et des vignettes sonores seront diffusées avant chacune des projections de la rétrospective.

- Une Masterclass du réalisateur Midi Z, animée par Neri Corrado, aura lieu le mardi 31 janvier. Ce réalisateur taïwanais dont le court métrage The palace on the sea fera partie de la rétrospective, était sélectionné à Cannes en 2019 dans la catégorie Un certain regard avec son film Nina Wu.

- Une mise en avant de la gastronomie taïwanaise. Un menu sera proposé au restaurant les Grandes Tables de la Comédie, signé par le chef taïwanais Andy Chien. Les amateurs de bières ne seront pas en reste avec une cuvée taïwano-auvergnate à déguster pendant le festival.

- Le focus taïwanais aura également deux dignes représentants parmi les membres du jury. Le réalisateur et scénariste Ho Wi-Ding sera juré international, et l'actrice et scénariste Ke-Xi Wu sera quant à elle au jury labo, elle était à Cannes en 2019 dans Nina Wu qu'elle a co-écrit avec Midi Z.

• Rétrospective thématique : Libido

Après une rétro érotisme en 1996, Kamera Sutra, un programme sado-maso en 2001 et un Minuit rose décapant en 2010, nous revoilà avec le corps en obscur objet du désir.

Il s’agit donc ici de la libido, de la recherche du plaisir, de l’appétit sexuel. A l’image de Sofia dans Ela na sou po (J’ai quelque chose à te dire) de la cinéaste grecque Katerina Filiotou, la programmation sera composée de films où l’énergie vitale du désir sera teintée d'humour, et/ou d’un élan réjouissant.

Parmi les films de la rétrospective quelques curiosités pointent leur nez. C'est le cas avec les portraits de femmes, par l’Américain Clayton Cubitt, qui pourraient se résumer en trois mots : lire, jouir, rire, ou avec le documentaire animé du Suédois Jonas Odell, Aldrig som första gången ! (Jamais comme la première fois), qui nous narre quatre témoignages, parfois comiques, de personnes lors de la perte de leur virginité.

> La rétrospective Libido en bref :

- 4 programmes qui rassembleront 22 films de fiction ou documentaires, en prises de vues continues ou d’animation. L'occasion de découvrir ou redécouvrir par exemple :

1 - Girls’ Night Out (La Virée des filles) de la talentueuse cinéaste d’animation britannique Joanna Quinn, membre du jury international en 2022.

2 - Une robe d’été réalisé en 1996 par François Ozon qui a obtenu une mention d’honneur du jury à Clermont 1999 pour l’ensemble de ses courts métrages.

3 - Ela na sou po (J’ai quelque chose à te dire) de la cinéaste grecque Katerina Filiotou qui a conquis, en 2001, le public clermontois et le jury international qui lui offre alors le Grand prix.

4 - La Chatte andalouse, le moyen métrage de Gérald Hustache-Mathieu qui rafle pas moins de trois distinctions à Clermont 2003 avec le prix du public, le prix de la presse et le prix « Attention Talents » Fnac.

5 - Les Quatre vœux du Vilain et de sa femme, du célèbre auteur Michel Ocelot, dont la filmographie est essentiellement dédiée au « jeune public » puisqu'il s'agit du "papa" de Kirikou et la sorcière (1 400 000 entrées). Inspiré d’une fable médiévale, Les Quatre Vœux… est aux antipodes, une totale curiosité à découvrir.

• Une exposition. La traditionnelle exposition collective d'artistes puydômois·e·s se tiendra à la chapelle des Cordeliers du 23 janvier au 11 février et s'intitulera Les Zèles du désir.

Informations complémentaires

Nouveauté 2023 :

L'ensemble des films sélectionnée en compétitions sera dévoilé le 15 décembre.

Horaires et périodes d’ouverture

  • Du vendredi 27 janvier 2023 au samedi 4 février 2023

Organisateur de l'événement

Sauve qui peut le court métrage