© Clermont Auvergne Opéra : Egmont / Les Nuits d’été
Culture

Clermont Auvergne Opéra : Egmont / Les Nuits d’été

Voir la galerie
Attention !

Cet évènement est terminé.

Impossible en cette année de 250ème anniversaire de la naissance de Beethoven de ne pas offrir à ce compositeur une place dans la saison 2020/2021 de Clermont Auvergne Opéra

Egmont

Musique Ludwig Van Beethoven. Sur une pièce de Johann Wolfgang von Goethe.

Les Nuits d’été

Musique de Hector Berlioz. Poèmes de Théophile Gautier.

Avec

Charlotte Bonnet, Eric-Emmanuel Schmitt et Ann Hallenberg

Direction musicale Roberto Forés Veses

Orchestre national d’Auvergne

2h entracte compris

Chanté en allemand et en français – surtitré en français

La liberté ou la mort

La découverte du drame que Goethe avait consacré au comte flamand Egmont, condamné à mort pour s’être soulevé contre l’envahisseur espagnol à la fin des années 1560, avait profondément enthousiasmé Beethoven qui était un grand admirateur de l’écrivain allemand.

La musique fut accueillie par des critiques élogieuses, notamment d’E. T. A. Hoffmann, quant à sa poésie et sa réussite à s’associer à la pièce, et Goethe lui-même déclara que Beethoven s’était prêté à ses intentions avec « un génie remarquable ». L’histoire et l’héroïsme du comte d’Egmont sont également l’occasion pour Beethoven d’exprimer ses propres préoccupations politiques, et d’exalter le sacrifice de l’homme condamné à mort pour s’être dressé contre l’oppresseur.

Et pour prolonger le plaisir de ce concert, nous vous proposons une des œuvres les plus jouées d’Hector Berlioz, inspirée des poèmes de Théophile Gauthier : Les Nuits d’été. Composées d’abord pour piano-voix en 1840, les poèmes ne furent orchestrés en totalité qu’en 1856. Les Nuits d’été prennent alors une ampleur nouvelle comme si l’orchestre était déjà contenu, à l’état latent, dans la version avec piano, laquelle ne serait ainsi qu’une réduction, faite a priori, de la seule version qui vaille : celle avec orchestre. Ainsi habitées et non pas seulement habillées par l’orchestre, les six mélodies furent dédiées à six interprètes allemands. Aujourd’hui, elles sont généralement interprétées par une seule voix, et ce soir, ce sera celle de Ann Hallenberg.

Tarifs

Plein tarif : de 12 à 40 €.

Matomo