Belfour
Léonard Cohade
Cultural

Sémaphore en chanson : Miossec / Belfour

See the photo gallery

En mars 1995 sortait Boire, premier album de ce précurseur de la nouvelle scène française, sur un label bruxellois indépendant.

Un disque au petit budget, sec, sans batterie, loin des canons de l'époque avec ses textes crus et désabusés, aux rimes et pieds approximatifs. Un disque qui a indéniablement imprimé une certaine génération, a fait bouger quelques lignes et pris une place qu'il n'était pas prédestiné à avoir dans l'histoire de la chanson. Gréco, Berkin, Gardot, Hallyday, Bashung ou encore Eisher sont venus puiser dans ce vocabulaire.

L'idée du nouveau projet de Miossec "Boire, écrire, s'enfuir ?" Relire ce premier opus avec les chansons écrites pour les autres, comme des extensions, des contre-chants. De nouvelles chansons originales, en forme de bilan, viendront éclairer l'histoire. L'album relu sous la lumière du jour, est malaxé et réarrangé de fond en comble.

Côté scénographie, les instruments utilisés sont éclairés comme des accessoires de musée, véritables pièces de collection. Plaisir des yeux. Aux douze titres de Boire, qui, pour la plupart, n'ont pas été joués en concert depuis 1998, viennent se greffer d'autres titres qu'on a très envie de réentendre.

AFTER - Belfour : Belfour a deux visages. Lucie sait la force des mots, le torrent des colères et la quiétude du courant qui emporte les chagrins. La guitare de Michael suspendue aux lèvres d'une poésie poignante et lumineuse, fouette un air chargé d'électricité, laissant de profondes marbrures dans la chair électronique des chansons. Artisan du son et amoureux des mots, le duo explore avec brio l'intime et ses failles sous une lumière nouvelle entre chanson, rock et trip hop.

Opening dates and times

  • The Tuesday 10 November 2020 to 21:00

Rates

Full price: 29 €, Reduced price: 26 €.